Partager

Plan de Gestion de la Sécurité Sanitaire des Eaux

La Direction de l'eau, portée par Châlons Agglo, lance la mise en place d'un Plan de Gestion de la Sécurité Sanitaire des Eaux (PGSSE).

Environnement

dernière mise à jour le 12.10.2020

Ajouter aux favoris

La Direction de l'eau, portée par Châlons Agglo, lance la mise en place d'un Plan de Gestion de la Sécurité Sanitaire des Eaux (PGSSE) sur le territoire de la Ville de Châlons-en-Champagne (production et distribution d'eau). C'est une démarche volontaire, d'amélioration continue de la qualité du service de protection, production de l'eau portale.

L'Agglomération Châlonnaise retenue par l'ARS

Après un appel à candidature auprès de l'ensemble des Personnes Responsable de la Production et de la Distribution d'Eau potable du Grand-Est (PRPDE), la ville de Châlons-en-Champagne a été retenue, avec 13 autres collectivités du Grand Est. Ces collectivités ont montré leur intérêt pour la mise en œuvre de cette démarche qui doit leur permettre à terme de garantir en tout temps, une distribution d'eau de qualité. Piloté par l'ARS Grand Est, en partenariat avec les agences de l'eau Rhin Meuse et Seine Normandie et le pôle de compétitivité HYDREOS, ce projet répond à un des objectifs opérationnels du 3ème Plan Régional Santé Environnement.

La sélection s'est opérée essentiellement sur :

  • Les motivations des candidats envers cette démarche
  • La répartition géographique des candidats sur l'ensemble du territoire régional
  • La représentativité des modalités d'exploitation des services d'eau (régie directe, délégations de service public, etc.)
  • La variété des tailles de populations desservies : du village à l'Agglomération.

Le PGSSE, qu'est-ce que c'est ?

Il s'agit d'une démarche globale d'amélioration continue de la qualité, qui se nourrit de toutes les connaissances actuelles ou à venir dont dispose un exploitant sur ses réseaux et installations (captages, stations de traitement, etc.)

Outre les exigences réglementaires actuelles, l'exploitant d'un service d'eau potable doit en effet prendre en compte l'ensemble des éléments susceptibles de conduite à une dégradation du service.

Par exemple, dans le contexte de changement climatique, les épisodes de sécheresse ou de fortes précipitations doivent être appréciés afin d'en atténuer les impacts. De même, la vulnérabilité des installations vis-à-vis des actes de malveillance doit être évaluée et prise en compte dans les modalités de surveillance des installations. 

Pour cela, à l'instar des méthodes les plus couramment utilisées dans le secteur alimentaire, il est proposé de déployer des méthodes pointues telles que :

  • L'HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point) : méthode basée sur la détermination de "points critiques pour la maîtrise" ;
  • L'AMDEC (Analyse des Modes de Défaillance et de leur Criticité) : méthode basée sur un recensement des dangers en fonction de leur occurrence, de leur gravité, et de la capacité de l'exploitant à les détecter.

Sur la base des "points critique" qui émergeront de ces deux méthodes, l'exploitant hiérarchise les priorités et définit les mesures préventives ou curatives adaptées (études ,travaux, formations, surveillance opérationnelle y compris analytique, etc.).

Un PGSSE peut se résumer ainsi en six phases :

  1. La création d'une équipe PGSSE
  2. L'identification des dangers liés à l'ensemble du processus de production-distribution d'eau
  3. L'évaluation des risques et les propositions de mesures de maîtrise (préventives et curatives)
  4. La déclinaison d'un plan d'actions adapté (hiérarchisation des actions, détermination des délais et modalités de mise en oeuvre, etc.)
  5. Le suivi et l'évaluation de l'efficacité des actions préventives ou curatives
  6. La révision du plan, au regard de nouveaux dangers identifiés ou dysfonctionnement qui seraient survenus.

Châlons Agglo et le PGSSE

Cette démarche volontaire d'amélioration continue dans missions de tous les jours, s'inscrit dans la lignée de la certification ISO14001 dans laquelle est engagé le service des eaux depuis 2010.

Un diagnostic complet du service sera donc effectué (de la nappe souterraine au robinet du consommateur) afin d'optimiser les investissements pour anticiper et prévenir tous les risques potentiels à chaque maillon de la chaine : production - distribution - service à l'usager.

En cela, Châlons Agglo est l'un des pionniers en France à mettre en place ce plan. Il deviendra, en effet, obligatoire dans les prochaines années. Il garantit aux usagers la volonté de la collectivité à mettre tout en œuvre afin de lui assurer une eau de qualité et en quantité suffisante, en allant plus loin que la réglementation actuelle.

Pour être encore plus efficace et, comme le préconise le plan, une équipe composée d'Antoine Gélard et Audrey Varoquier est totalement dévouée à cet engagement.